mardi 22 août 2017

Assomption de Marie



Assomption 2017

Une femme dans le ciel ! Plus encore : elle a le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles.
L’Eglise catholique n’a pas la réputation d’être particulièrement féministe, et la voilà qui met en évidence, glorieusement, une femme, en l’occurrence une petite servante de Nazareth, un bled obscur de Galilée.

Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

L’explication, qui n’efface pas le mystère, se trouve en Dieu. Cette femme ordinaire était en fait extraordinaire. Car Dieu l’a choisie entre toutes les femmes pour en faire la mère de Jésus, le fils de  Dieu fait chair, par sa libre et pleine collaboration au dessein de l’incarnation et de la rédemption, de tout son cœur, de tout son corps, de toute sa foi : « Qu’il me soit fait selon ta parole. »
Dès lors, elle a pu chanter  sans se vanter : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est son nom. » Et maintenant, nous pouvons ajouter, sans déroger à la gloire de Dieu : « Marie, tu es bénie entre toutes les femmes… Oui, toutes les générations te disent bienheureuse. »

Heureuse, comme nous l’imaginons spontanément, tu le fus, mais pas toujours.
Marie a connu l’espérance de la grossesse, le bonheur de la naissance de son enfant, mais aussi l’épreuve de la pauvreté à la crèche de Bethléem, les aléas de l’exil en Egypte, l’inquiétude et même l’incompréhension à cause d’un certain Jésus qui prit ses distances pour suivre sa vocation. Et surtout, au pied de la croix, elle a porté et supporté dans son cœur de mère, la mort de son enfant qu’elle savait innocent et sacrifié.

Aujourd’hui, nous sommes à la fête à cause de Marie. Ou plutôt nous communions dans la joie avec sa communion parfaite avec son fils Jésus le ressuscité. Selon la tradition de l’Eglise, en Orient et en Occident, nous croyons que la mère a suivi son fils dans la gloire comme  elle a été associée de très près aux mystères de sa passion. L’assomption de Marie, c’est un peu la suite logique de sa maternité qui a donné un corps et un cœur humain au sauveur du monde. Et ce sauveur le lui rend bien en la prenant à ses côtés, avec son corps et son cœur à elle, dans la gloire de Pâques.

Mais attention. Que ce privilège n’éloigne pas Marie de nous, qui sommes aussi ses enfants puisque Jésus l’a confiée pour mère au disciple, à tous les disciples. Elle reste de la famille, dans la famille, humaine, très humaine. « A partir de cette heure-là, dit l’évangéliste, le disciple la prit chez lui. » Et nous aussi.

Le Christ est l’unique médiateur entre Dieu et les hommes. Il y a 500 ans, Martin Luther nous l’a rappelé. Opportunément. Violemment.
Marie est seulement, mais c’est déjà beaucoup, la première en chemin pour aller vers Jésus. Oui, elle nous précède, mais sans nous lâcher la main, dans la communion des saints. Elle nous précède dans la foi si nous suivons son conseil : « Faites tout ce que Jésus vous dira. » Elle nous tient dans ses bras maternels quand nous traversons des épreuves, elle qui a traversé les siennes à cause de Jésus, mais surtout avec lui, jusqu’au bout. Elle nous entraîne à faire Eglise avec les apôtres et tous nos frères et sœurs selon l’évangile, comme elle l’a fait par sa présence et sa prière au Cénacle de Jérusalem, en attendant l’Esprit promis.  Aujourd’hui, elle nous montre en personne l’accomplissement de la promesse, à savoir l’entrée programmée -corps, cœur et âme- dans le royaume des cieux, auprès de Jésus ressuscité, quand nous aurons franchi les ravins de la mort.

Il est beau, il est bon que ce soit une femme, cette femme, servante et royale, humble et glorieuse, qui nous accompagne et nous entraîne sur le chemin qui mène à la pleine communion avec le Christ Jésus  pascal.

15 août 2017                                                 Claude Ducarroz                              

En eurovision 

samedi 12 août 2017

En croisière avec Jésus

19ème dimanche du temps ordinaire A
Croisière avec Jésus
Mt 14,22-33

On connaît le contexte de l’aventure. Jésus vient d’apprendre qu’Hérode a fait assassiner Jean-Baptiste (v. 1-12). Il éprouve le besoin de prendre du recul, de se retrouver seul, à l’écart, dans un lieu désert, pour y prier longuement le Père (v. 13 et 23). Et par deux fois, sa solitude est troublée par des évènements imprévus. Une foule nombreuse le rattrape, qu’il finit par nourrir en multipliant les pains (v. 13-21). Dans l’évangile de ce dimanche, c’est la tempête qui bouleverse sa traversée nocturne du lac de Gennésaret.
Dans le récit presque journalistique qu’en donne Matthieu, les paroles sont surtout à retenir, plus encore que les actes. Il y a là tout un scénario.
En voyant Jésus marcher sur les eaux, les disciples s’écrient : « C’est un fantôme.» On peut comprendre leur effroi. Pour beaucoup de nos contemporains, la religion n’est-elle pas toujours…fantomatique ?
La réponse de Jésus va droit au but…de la foi : « Confiance ! C’est moi. N’ayez plus peur ! »  Tout est dit en peu de mots. La foi, c’est la confiance en quelqu’un, en Jésus, surtout quand les évènements de la vie secouent la frêle embarcation de notre existence. C’est Pierre –on peut dire aussi l’Eglise- qui ose le premier se jeter à l’eau de la confiance. D’ailleurs, Jésus l’y invite : « Viens ! » Encore et toujours, cet appel à miser librement sur le Christ et son évangile.
Ce n’est pas évident, comme on aime à le répéter aujourd’hui. C’est bien ce qu’éprouve Pierre en se laissant gagner par la peur quand il commence à enfoncer dans les eaux. Alors, c’est le moment de la prière, humble, plus forte que le vent, profonde comme la mer : « Seigneur, sauve-moi ! » Personne ne peut faire l’économie d’une telle prière dans sa vie, même ceux qui estiment n’avoir besoin de personne, et surtout pas de Dieu. Il faut oser prier, il faut oser crier.
La réponse de Jésus est faite de douceur et d’interrogation. Pas un reproche, mais une question en forme d’incitation à croire encore davantage : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
Le mot de la fin appartient à l’Eglise qui veille sur notre foi et l’appuie par tous les témoignages des saintes et des saints qui sont montés dans la barque de l’évangile avec Jésus, avant nous et autour de nous : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » Et nos tempêtes s’apaisent.
Une belle croisière avec Jésus. Pas de tout repos, certes. Mais si proche de nos aventures humaines et de nos expériences chrétiennes.
Bon voyage !
                                                           Claude Ducarroz
A paru sur le site  cath.ch



samedi 29 juillet 2017

Tout est dit

15ème dimanche du temps ordinaire
Tout est dit
Matthieu 13, 1-23

Faut-il ajouter quelque chose à la parabole du semeur que Jésus a racontée à la foule pour parler du Royaume de Dieu  (versets 3 à 9) ? N’a-t-il pas fait lui-même le commentaire (versets 18 à 23) ? Tout semble dit… et bien dit, puisque Jésus lui-même, avec prudence, délivre à ses disciples la juste interprétation.
Retenons d’abord le cadre. On se trouve en plein air, au bord du lac, et Jésus parle depuis une barque. N’est-ce pas un encouragement, pour l’Eglise, à « sortir dehors », à prendre le risque d’une parole publique, à semer au large du monde, au lieu de rester « à la maison » ?
Et puis il y a le style. Jésus se fait paysan, en connaisseur des faits et gestes de la campagne, pour parler à des gens du crû en les rejoignant dans leur culture…et leurs cultures. Encore une invitation à annoncer, même les mystères du Royaume de Dieu, en termes simples.
Et cependant les explications demeurent nécessaires, même après une évangélisation au plus près des gens. Ici Jésus s’y emploie lui-même. A sa suite, l’Eglise se doit d’exposer la Parole, mais aussi de l’expliciter et de l’expliquer. Jésus n’a-t-il pas promis que l’Esprit Saint accompagnerait celles et ceux qui sont chargés de ce beau service ? Avec cette nuance, rappelée par le concile Vatican II, que les pasteurs patentés doivent aussi écouter « la collectivité des fidèles qui, ayant l’onction qui vient du Saint, ne peut se tromper dans la foi ». (Lumen gentium no 12)
Ne sommes-nous pas tous une terre de qualité fort variable ? Comme Jésus a raison de souligner la fragilité de nos terrains d’accueil ! Le Mauvais y sème d’autres graines. Notre cœur est parfois pierreux. Il nous arrive de trébucher à la moindre épreuve. Les ronces des passions peuvent étouffer toute croissance. Sans compter les soucis du monde et la séduction des richesses. Décidemment, Jésus connait bien l’humus humain.
Mais, avec nous tels que nous sommes, il n’est pas pessimiste, encore moins désespéré. Heureusement pour nous ! Comme un bon paysan, Jésus continue de semer, sans garantie de réussite. Il sème sa Parole de lumière, il ensemence notre vie par le Pain eucharistique. Saison après saison, il recommence sans trêve, car sa miséricorde est plus forte que toutes nos misères.
Certes, il compte aussi sur nous pour améliorer le terreau d’accueil de sa Parole, avec le secours de sa grâce. Mais il ne renonce jamais à labourer comme à semer. Jusqu’à ce que nous puissions jouir du bonheur de donner du fruit, cent, soixante ou seulement trente pour un.
Peut-être faut-il surtout retenir de cette parabole cette béatitude pleine de promesses : « Heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! »
La joie de croire, le bonheur d’être encore aimé.

Claude Ducarroz



mardi 27 juin 2017

Le grand virage euccharistique

Le grand virage eucharistique
Jean 6,51-58

On connaît le contexte. Jésus vient d’opérer un signe extraordinaire. Il a nourri une grande foule en multipliant les pains. Sa popularité est au top puisqu’on songe à le faire roi (Cf. Jn 6,1-15). Mais Jésus se méfie. Quand il retrouve tout ce petit monde dans la synagogue de Capharnaüm, il accomplit un urgent devoir de catéchèse. En résumé : le vrai pain qui descend du ciel et qui donne la vie au monde, c’est lui-même en personne, ce qui ne manque pas de provoquer déjà beaucoup de murmures sceptiques ou désapprobateurs (Cf. Jn 6, 22-50).
Et c’est là que se situe le grand virage eucharistique, en deux étapes (Cf. Jn 6, 51-58). Le pain, ce sera sa chair livrée; la boisson, ce sera son sang versé. Rendez-vous est pris au pied de la croix. Qui sera encore là pour le reconnaître et y croire ? Plus encore, ce grand mystère de la foi, que Jésus instituera précisément la veille de sa mort, il est destiné à traverser les siècles pour accompagner la marche de l’Eglise dans toute son histoire. Car il faudra « refaire cela en mémoire de lui, jusqu’à son retour ». Tel est le réalisme de l’Eucharistie. Dans les quelques versets de cet évangile, il y a huit fois le mot « manger », et il concerne le corps du Christ présenté dans le pain eucharistique. Faut-il s’étonner dès lors que beaucoup de ses disciples hochent la tête et décident de le quitter  (Cf. Jn 6,60-66) ?
Le sacrement de l’Eucharistie a été et restera toujours un cadeau « scandaleux », à savoir un mystère qui peut provoquer une chute dans la foi. Trop beau pour être vrai, disent certains, surtout si l’on prend à la lettre l’invitation de Jésus : « Ma chair est la vraie nourriture et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi et moi, je demeure en lui » (Jn 6,56).
On comprend dès lors que l’Eglise veille sur ce trésor avec un soin sacré. A travers les siècles, pasteurs et théologiens ont rappelé que l’Eucharistie fait l’Eglise tandis que l’Eglise fait l’Eucharistie. Elle est « la source et le sommet de la vie chrétienne » (Cf. Vatican II –Lumen gentium no 11).
Faut-il pour autant entretenir les polémiques autour de ce sacrement qui promet la vie éternelle et la résurrection à celles et ceux qui le reçoivent dans une foi sincère? On peut se poser la question.
 Quoi qu’il en soit, la Fête-Dieu est là pour nous rappeler à tous la beauté – et aussi l’ineffable profondeur- d’un tel mystère.

A paru sur le site  cath.ch

Claude Ducarroz

vendredi 9 juin 2017

La sainte Trinité

Trinité 2017

Etre ou avoir : telle est la question !

Nous, pauvres humains, nous avons de l’amour. Pas assez sans doute, mais il nous arrive d’aimer, et même d’aimer aimer. A des degrés variables, avec parfois des éclipses, nous aimons, au moins ceux et celles qui nous aiment. Et même davantage, quand nous parvenons à aimer plus gratuitement, y compris des êtres moins aimables. Que deviendrait notre humanité s’il n’y avait plus d’affection ni d’amitié sincère entre les personnes, si l’on ne misait plus sur l’amour, jusqu’au don, jusqu’au pardon ?

Dieu est Amour. Il n’en a pas. Il l’est, rien qu’amour, tout amour. C’est son identité profonde, c’est sa raison d’être, c’est son mystère. En lui, rien qu’Amour majuscule, éternel, infini, parfait. Et comment serait-il cela –Amour en totale plénitude- s’il n’y avait pas en lui, dans le foyer incandescent de son être, quelqu’un qui aime, quelqu’un qui est aimé et le fruit de leur amour échangé ? Il n’y a pas d’amour sans relation, car l’amour crée et anime les connexions entre les personnes. Si l’amour n’est pas communionnel, il est seulement amour de soi, en solitude égoïste, en vase clos, en suprême narcissisme. Tout le contraire d’un Dieu-Amour.

Et voici que nous arrive Jésus-Christ. Il nous révèle, en nous aimant jusqu’à l’extrême, que Dieu est bel et bien Amour. Il nous parle de son Père comme de la source éternelle de l’amour qui le fait vivre, y compris humainement, au milieu de nous.
Il nous promet l’Esprit-Saint, fruit de l’amour du Père et du Fils dans la communion trinitaire.
Jésus nous a ouvert de cœur de la divinité pour nous la faire connaître en vérité. Elle est familiale et non pas célibataire ; elle est solidaire et non pas solitaire ; elle est communion de trois personnes dans la même nature, et non pas divin égotisme. Encore une fois : Dieu EST Amour !

Qu’est-ce que ça change, me-direz-vous ?
S’il y a en Dieu une explosion éternelle d’amour relationnel, tout ce qui va déborder de lui et hors de lui sera le fruit de cet amour, d’abord créateur, puis, en cas d’urgence, sauveur.
* Il suffit d’être un brin poète pour reconnaître dans la création d’innombrables motifs de louanges à Dieu pour tant de merveilles fécondes et belles.
* Et puis il y a l’être humain créé à l’image et à la ressemblance du Dieu Trine dans le beau défi d’une communion entre l’homme, la femme et l’enfant.
 * Il suffit enfin d’être un peu religieux ou contemplatif pour deviner, voire discerner la mystérieuse présence trinitaire au cœur de notre être le plus intime.

Ne sommes-nous pas tous marqués par l’ADN trinitaire, nous qui sommes tous le troisième de deux autres, nous qui sommes tous appelés, d’une manière ou d’une autre, à augmenter la vie en ce monde par des relations d’amour généreux ?
Pas d’humain qui ne provienne d’un amour reçu pour le partager avec d’autres. Personne qui puisse totalement échapper à la structure trinitaire de l’amour qui nous constitue fils du Père, frère de Jésus-Christ et temple de leur Esprit. C’est notre vocation, c’est notre mission, c’est notre destinée éternelle.



Encore faut-il relever un certain défi, à partir de cette communion ombilicale avec Dieu-Trinité. Créer, bâtir, développer du trinitaire dans nos vies au fur et à mesure de notre pèlerinage humain.
* Ca commence dans notre expérience de la vie spirituelle, faite de silence, d’écoute et de prière.
* Ca continue par la famille, premier réceptacle de communion trinitaire, dans l’amour qui donne la vie.
* Ca passe ensuite dans toutes nos relations sociales -politiques, économiques, culturelles, écologique-, où il s’agit de diffuser du trinitaire en essayant de promouvoir l’unité dans le respect des diversités, comme en Dieu.
* Ca traverse la vie de l’Eglise, autre communauté marquée par la Trinité. Là, nous sommes appelés à traduire en large fraternité œcuménique notre commune naissance en Dieu par le baptême au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Nous ne devons jamais l’oublier : engendrés nous-mêmes dans l’amour trinitaire, il s’agit pour nous de semer du trinitaire partout où nous vivons et agissons. Autrement dit : tendre de toutes nos forces vers une humanité vraiment fraternelle parce qu’elle se sait et se sent issue de la tendresse de Dieu, la même pour tous, qui nous a créés et qui nous attend.

Alors la Trinité ne sera pas un problème d’algèbre théologique -comment trois fois un peuvent faire toujours un ?-  mais le lieu mystique d’où nous provenons et vers lequel nous allons, non sans déjà en vivre les saveurs au gré des heurs, bonheurs ou malheurs de notre bref passage sur cette terre.

                                               Claude Ducarroz


mardi 23 mai 2017

Les deux mains du Père

Les deux mains du Père
Jean 14,15-21

Pour saint Irénée (évêque de Lyon, mort martyr en 208), le Verbe et l’Esprit sont les deux mains du Père. Dès la création de l’univers jusque dans le mystère de la rédemption, ils sont à l’œuvre pour manifester son amour. On le comprend mieux grâce à l’évangile de ce dimanche.
Le Verbe – désormais incarné dans le Christ Jésus – et l’Esprit sont présentés de manière symétrique dans la communion trinitaire à partir de leur manifestation dans le mystère du salut.
Tous deux viennent du Père comme un don fait au monde. Tous deux sont envoyés auprès des hommes, l’un comme Défenseur ou Paraclet (l’Esprit), l’autre comme celui qui demeure auprès de nous en nous évitant la solitude de l’orphelinat (Jésus ressuscité). Plus profondément encore, ils sont tous les deux pour toujours « en nous », dans une profonde communion (« Vous êtes en moi et moi en vous » v. 20).
Ce divin partenariat, cette merveilleuse collaboration s’exercent entièrement à notre bénéfice, pour notre salut. Il faut cette mobilisation trinitaire pour que l’amour du Père soit vraiment démontré à notre humanité comme un cadeau de vie.
Devant un tel déploiement de tendresse divine, comment ne pas aimer en retour Celui qui nous aime toujours le premier et à ce point-là ? Puisque Dieu est Amour, puisqu’il nous aime de ses deux mains pour mieux nous embrasser de sa charité, comment ne pas chérir un tel Amour, même si c’est toujours pauvrement, humblement, quoique joyeusement ?
Reconnaissons que nous avons besoin de quelques béquilles pour demeurer dans l’amour de Dieu malgré nos faiblesses humaines. Tels sont les commandements dont parle Jésus, non sans préciser qu’ils se résument en un seul à double face : l’amour, encore l’amour ! L’amour de Dieu et l’amour du prochain.
Oui, sur notre route -où nous serons toujours des apprentis marcheurs-, Dieu nous donne la main, et même ses deux mains. Elles nous tiennent solidement, mais sans nous forcer. Elles nous font sentir une présence de douceur et de fermeté à la fois. Toute aventure humaine est soutenue par cet accompagnement divin. Au cœur de ce pèlerinage fascinant, c’est la mission de l’Eglise de révéler, d’accueillir et de célébrer la proximité de Dieu dans ses mains tendues vers le monde.

Claude Ducarroz
A paru sur le site www.cath.ch


samedi 13 mai 2017

Message pour le jubilé de la Réforme

Morat 2017
500 ans de la Réforme

Je rends grâce à mon Dieu… car je me rappelle la part que vous avez prise à l’Evangile. Ph 1,3 et 5.
Après des siècles d’affrontements, puis de concurrence, Dieu nous donne la grâce du pardon, du respect, de la collaboration et même de la reconnaissance.
Ici à Morat, en cette circonstance de jubilé, je tiens d’abord à rendre grâce avec vous et pour vous, comme dit l’apôtre Paul, « pour la part que vous avez prise à l’Evangile depuis le premier jour jusqu’à maintenant ». Oui, l’Esprit nous accorde maintenant cette liberté intérieure de pouvoir reconnaître réciproquement, en nos Eglises, les fruits de ses inspirations et de ses énergies en vue de témoigner pour l’Evangile du Christ. Nous le faisons de manières parfois différentes, mais surtout complémentaires, dans nos célébrations liturgiques, dans nos recherches théologiques, dans nos coopérations nouvelles et dans notre présence au monde. Merci, Seigneur.

Celui qui a commencé en vous cette œuvre excellente en poursuivra l’accomplissement jusqu’au jour du Christ. Ph 1,6.
Sur le beau chantier œcuménique de la réconciliation en vue de l’unité parfaite voulue par le Christ (Cf Jn 17,23), nous savons qu’il y a encore du travail à accomplir, des défis à relever, toujours avec la grâce de Dieu. C’est notre mission à tous, et c’est aussi notre joie, surtout si nous pouvons progresser dans nos fidélités en nous donnant la main.
C’est sans doute en se réformant toujours davantage, comme le concile Vatican II l’a souhaité, que l’Eglise catholique deviendra encore plus évangélique et même plus catholique. C’est aussi en continuant ses réformes que les Eglises issues du grand mouvement du 16ème siècle deviendront elles aussi encore plus évangéliques et même un peu catholiques.
Sous les poussées de l’Esprit du Christ ressuscité, nous ne pouvons que nous rapprocher pour former enfin ensemble, quand le Seigneur le voudra et comme il le voudra, un seul chœur symphonique d’unité plurielle, qui chante l’Evangile au cœur du monde Telle est l’Eglise que nous confessons dans notre Credo commun, celle qui est une, sainte, catholique/universelle et apostolique.

Oui, Dieu m’est témoin que je vous aime tous tendrement dans le cœur du Christ Jésus. Ph 1,8.
Heureusement, ils sont révolus les temps de la haine, de la violence et de l’exclusion. Nous avons commencé à nous aimer, à le dire, à le montrer surtout, et ça change tout sur la route de l’oecuménisme. Cela vaut pour les échanges entre ministres, à tous niveaux, mais c’est aussi palpable entre nos communautés, surtout quand nous prions ensemble, quand nous nous mettons à l’écoute commune de la Parole de Dieu et enfin quand nous sommes unis pour faire avancer dans notre société le projet divin d’une humanité de justice, de solidarité et de paix. Il n’y a pas de progrès vers la communion sans amitié, sans amour fraternel entre nous et autour de nous.
En ce jour de jubilé : je veux vous le dire en toute sincérité : mes frères et sœurs réformés, de toutes nuances, tels que vous êtes : nous vous aimons, je vous aime tous dans le cœur du Christ Jésus. Comme le chante le psaume 133, qu’il est bon, qu’il est doux, d’habiter en frères tous ensemble.
Pour la gloire de Dieu et le salut du monde.